Le bomber : un incontournable du vestiaire masculin

Comme beaucoup de vêtements classiques pour hommes, les bombers ont été destinés à l’origine aux militaires et étaient considérés comme des vêtements de travail très fonctionnels. Les bombers, appelés également blousons de vol, ou blousons bombardiers, ont une longue histoire. A la première moitié du XXe siècle, le blouson bombardier ou bomber original était conçue pour garder le porteur au chaud dans des conditions extrêmes. La plupart des bombers d’aujourd’hui conservent ces mêmes caractéristiques qui l’ont rendu si iconique. Les détails.

Un habit qui traverse le temps sans jamais être obsolète

La veste est généralement fabriquée en cuir, en peau de mouton ou en tissu et est coupée au niveau de la taille, fermée par une fermeture à glissière ou des boutons, et comporte des poignets élastiques et un ourlet. Le collier peut être porté rabattu et fixé autour de la gorge pour une protection supplémentaire contre les intempéries. Comme beaucoup d’autres vêtements militaires, les bombers ont un nom qui désigne la fonction de ceux qui les portent. Au début de l’histoire du vol, les cockpits des avions étaient ouverts ce qui exposait le pilote au vent et au froid. Le bomber a donc été conçu avec une isolation renforcé par l’armée pour protéger ses pilotes de ces conditions climatiques. Pendant la Première Guerre mondiale, les matériaux de fabrication étaient tous des produits 100% naturels : peau de mouton, cuir dur, parfois fourrure de phoque, etc.

De grands progrès ont été réalisés dans le domaine de l’aviation militaire entre les deux guerres mondiales. Alors qu’éclatait le deuxième conflit international, les avions pouvaient monter à des altitudes encore plus élevées, ce qui exposait les pilotes à des conditions encore plus extrêmes (jusqu’ à -50 °C), tandis que les cockpits n’étaient pas pressurisés et pas chauffés. Leslie Irvin, aviateur et homme d’affaires britannique, a donc créé le premier blouson de vol en peau de mouton destiné aux conditions extrêmes rencontrées par les pilotes à haute altitude.

Le bomber kaki ou beige : irremplaçable

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le blouson de vol était plus connu sous le nom de blouson de bombardier. Et au fil du temps, on a assisté à l’apparition de nombreuses variantes et différents modèles de bombers. Outre l’irremplaçable bomber beige ou kaki, aujourd’hui, on en trouve dans toutes les couleurs possibles et imaginables. Aux États-Unis, les bombers « B » étaient typiquement à base de peau de mouton, tandis que les bombers « A » étaient en cuir doublé de laine, de coton, voire de soie.

En 1931, la « United States Air Force » a introduit le successeur du blouson bombardier de type A-1, le modèle A-2. Il a été produit par un large éventail de fabricants à travers les États-Unis jusqu’en 1943. De nombreux matériaux et des modifications de design ont été introduits au cours de cette période. En général, un type A-2 était fabriqué en cuir de cheval, beaucoup plus résistant, et doublé de soie. Il était encore conçu pour les cockpits ouverts, ce qui explique les robustes boutons-pression et les poches renforcées. Le collier de l’A-2 pouvait être complètement fermé pour protéger le pilote des vents forts et la coupe, plutôt fine et fonctionnelle, était idéale pour le cockpit exigu. Alors qu’il devenait évident que les Etats-Unis allaient se joindre aux alliés dans leur guerre contre les allemands, la demande de bombers originaux A-2 augmenta et les spécifications furent modifiées pour utiliser du cuir de chèvre et des doublures en coton.