La vidéosurveillance est-elle vraiment efficace ?

La recrudescence de la violence inquiète plus d’un citoyen. Certains parents peuvent avoir des appréhensions à l’idée de laisser leur enfant sortir seul dans la rue. Ce qui est tout a fait compréhensible !  Mais encore, les commerces craignent les cambriolages orchestrés par des malfaiteurs. Idem pour les structures bancaires, les centres commerciaux… Il semblerait donc que la mise en place d’une vidéosurveillance soit un moyen efficace pour lutter contre la délinquance. Si pour certains, ce dispositif de sécurité peut porter des fruits, d’autres doutent de son efficacité. Tour d’horizon de l’utilité de la vidéosurveillance

La vidéosurveillance décourage-t-elle les malfaiteurs ?

Pour veiller sur les adolescents ou se prémunir contre une infraction, l’installation d’une vidéosurveillance semble être un excellent outil de protection. Cependant, cette opinion est controversée.

En 2009, selon une étude réalisée par le ministère de l’intérieur français, on pouvait constater une diminution des actes de délinquance au niveau des zones dotées d’un système de vidéosurveillance, en comparaison de celles qui en étaient dépourvues. Toutefois, les types de banditisme visés par l’étude ne concernaient que trois catégories. Le vandalisme perpétré sur la voie publique n’a pas été pris en compte. Alors que c’est à ce niveau que les caméras ont été installées.

En outre, les agressions conjugales ou celles commise dans l’environnement familial n’ont pas été incluses. Mais encore, le rapport n’a pas enlevé les autres paramètres expliquant cette baisse de criminalité. Notamment la hausse du nombre d’agents de service de l’ordre public en fraction dans certaines villes. C’est dire que l’effet dissuasif diffère selon la nature des infractions. 

La vidéosurveillance préserve-t-elle contre le terrorisme ?

Il n’y a pas d’études qui permettent de faire objectivement une telle affirmation. Et pour preuve, la ville niçoise est la région française la plus dotée de caméras de surveillance. Pourtant, cela n’a pas empêché qu’elle soit victime  le 14 juillet 2016 d’un attentat terroriste qui était à la une de nombreux quotidiens.

Alors que, 18 mois plus tôt, le maire de la ville affirmait que si l’Île de France avait eu le même dispositif de vidéosurveillance, les frères KOUACHI auraient été dans l’impossibilité de traverser un triple carrefour sans pour autant être arrêtés.

La vidéosurveillance diminue-t-elle la criminalité sans la déplacer ?

Des études réalisées permettent de répondre par la négative. En effet, les malfaiteurs tendent à effectuer des agressions dans les endroits non dotés de caméras, et qui sont à proximité des espaces vidéo-surveillés.