Le covoiturage, un mode de transport qui a la cote !

Le covoiturage, un mode de transport qui a la cote !

Depuis quelques années, on entend de plus en plus parler du covoiturage pour les départs en vacances ou pour les longs trajets. En effet, cette solution apporte de nombreux avantages, et permet de rencontrer de nouvelles personnes. Cependant, le covoiturage s’étend petit à petit pour les trajets du quotidien, comme pour le trajet vers le travail, et également pour d’autres petits trajets.

L’histoire du covoiturage

Apparu dans les années 50, le covoiturage propose une alternative à l’auto-stop et aux trajets en taxi. Créé par des associations d’auto-stoppeurs à l’origine, c’est donc le conducteur qui propose le trajet, et non le passager qui choisit sa destination. Le nom de covoiturage est lui apparu en 1989. Prenant de l’essor grâce à Internet et aux différentes plateformes de covoiturage qui apparaissent, c’est en 2009 que le covoiturage commence réellement à décoller en France, avec la disparition progressive des freins juridiques.

Le covoiturage aujourd’hui

A ce jour, les collectivités favorisent de plus en plus le covoiturage, car il permet de désengorger les routes, de réduire le nombre d’accidents et la pollution, le tout avec très peu d’investissement. Il existe donc de plus en plus d’aménagements destinés à accueillir les départs de covoiturage, avec par exemple des aires dédiées pour le stationnement, pour les personnes pratiquant le covoiturage domicile travail. Cependant, lorsqu’on regarde les aménagements à l’étranger, on voit que le chemin reste long. Aux États-Unis d’Amérique et au Canada, les autoroutes possèdent des voies réservées, quand leurs équivalents des Pays-Bas proposent des lifter plaats, qui permettent aux covoitureurs de monter ou descendre de voiture en toute sécurité.

L’avenir du covoiturage

Le covoiturage a de grandes chances de continuer son développement, si il est pris en compte dans les plans de mobilité, car les personnes proposant leur véhicule en covoiturage pourront y voir un avantage. D’autre part, il est imaginable, pourquoi pas, qu’on autorise également les conducteurs à gagner un peu d’argent sur leurs trajets, ce qui induirait un plus grand nombre de conducteurs impliqués.