Vapoter

L’idée que la cigarette électronique soit moins nocive que le tabac, induit dans les esprits des vapoteurs qu’ils peuvent vapoter n’importe où sans occasionner la moindre gêne sur leur environnement direct. Et même si cette moindre nocivité semble confirmée, c’est une idée reçue que la loi ne partage pas.

La liberté de vapoter et la loi

Le code de la santé publique et notamment le décret n°2017-633 est assez explicites, il stipule l’interdiction de vapoter à compter du 1er octobre 2017 dans :

  • Tout établissement scolaire, destiné à l’accueil, à la formation de mineurs et à leur hébergement.
  • Tout moyen de transport dit collectif fermé ;
  • Tout lieu de travail fermé et couvert à utilisation collective.

À savoir, que tous les établissements ont l’obligation d’afficher des panneaux explicites interdisant de vapoter ou de fumer sous peine de sanction (amende).

Ce qui signifie qu’il ne reste que les endroits privés, publics commerciaux, la rue et les établissements ou les entreprises ayant circonscrit des zones fumeurs ou vapoteurs.

La cigarette électronique au travail

Conformément au décret, et comme pour les fumeurs, les vapoteurs sont interdits de tous les espaces collectifs de l’entreprise. Du hall d’entrée aux salles de restauration, machine à café, couloirs, salles de pause, toilettes, open space, zones d’exploitation, salles de réunion, aucun espace n’accueille la cigarette électronique.

La seule possibilité reste que l’on peut vapoter dans un bureau fermé sauf si le règlement intérieur dit le contraire. Hormis ce privilège, tout fumeur ou vapoteur se voit contraint d’aller à l’extérieur de l’enceinte professionnelle ce qui ne profite pas, généralement, à la réputation de l’employé.

Il reste néanmoins des sociétés compréhensives et tolérantes qui affectent des lieux dédiés aux fumeurs. Mais rien ne les y oblige.

La carte publique des lieux à vapoter

Slalomer entre les interdictions n’est pas simple pour le vapoteur. Cependant, la loi ne cible pas encore certains lieux publics comme les bars, les stades, les restaurants, les hôtels, les centres commerciaux, les hôpitaux, les administrations publiques, les discothèques, etc.

Ce qui ne signifie pas que vous pouvez y vapoter. En effet, l’interdiction n’étant pas légiférée, elle reste toutefois à l’appréciation de chaque établissement. Or, comme pour nombre d’entre eux, la clientèle se réfléchit en priorité, il leur est donc utile de tolérer les vapoteurs.

Les transports en commun en revanche sont interdits aux fumeurs et à la cigarette électronique. Ni métro, ni bus, ni train ne sont au programme de l’e-cigarette. Même dans une voiture privée, on peut faire l’objet d’une sanction dans le cas où l’on vapote en présence d’un mineur. La rue, les jardins, les parcs, sauf ceux destinés aux enfants, sont aussi des zones libres pour vapoteurs.